Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Il y a deux ans, une bande-annonce tout à fait intrigante vantait la nouvelle série de Canal .

Comme souvent lorsqu'il s'agit de cette chaîne, on pouvait s'attendre à du grand spectacle,à en prendre pleins les mirettes, à ne pas être déçus. A la seule - mais non pas des moindres- condition de payer un bras pour l'abonnement mensuel. Un bras que mes parents n'avaient pas. Je m'étais donc promis de la regarder par d'autres moyens, que ce soit en DVD ou en Streaming. Puis le temps à passé. Et j'ai oublié jusqu'à l'existence même de cette mini-série. Mini-série qui a été rappelé à mon bon souvenir par Anya et je l'en remercie infiniment. Parce qu'elle tombe à pic pour ces après-midi pluvieux. Après avoir fait des pieds et des mains pour la trouver, je peux enfin vous dire ce que je pense des Revenants, avec un grand R, s'il vous plait.

Cette série s'inspirant d'un film français éponyme est pour moi le neck plus ultra du genre. Ce genre qui vous tient en halène, qui vous plonge dans le bain dès les trois premières secondes, qui vous envoûte avec sa bande son, qui vous pique les yeux par son esthétique magnifique et unique, qui vous secoue, vous remets à votre place, vous interroge, vous fait réfléchir, vous laisse sur la faim ou sur le cul ... Ce genre, là. Oui, c'est bien de ça qu'il s'agit. Pour ceux qui aurait besoin de rames, je vous livre l'histoire dans les grosses lignes :

Dans une petite ville de montagne (et ses si beaux paysages en toile de fond), plusieurs personnes mortes depuis des années reviennent à la vie : Camille, Victor, Simon et Serge. Tous tentent de reprendre le cours de leur vie (avec plus ou moins de succès) alors que d'étranges phénomènes apparaissent : coupures d'électricité, baisse du niveau d'eau d'un barrage, escarres sur le corps des vivants et des morts, animaux qui se suicident collectivement…

Un véritable jeu de piste qui a, de toute évidence, passionné la France entière et qui m'intrigue également, au point de bassiner mon homme avec tous les scénarios qui me passent par la tête au fur et à mesure des épisodes visionnés. J'en suis même à en revoir certains car je me doute bien que le moindre petit détail à une importance capitale dans ce genre d'imbroglio scénaristique. Pour vous dire combien je suis accroché. J'ai bien sûr mes petites théories personnelles et j'ai hâte de voir si la deuxième saison confirmera mes intuitions (qui,pour la plupart, se révèlent exactes d'un épisode sur l'autre).

Ce que j'aime dans cette série, c'est son côté cru et franc.

Que ce soit dans les faits ou dans les sentiments, elle ne cache rien.

Pas même les vérités qui dérangent (et pour ceux qui l'ont vu, ce petit bijou, je ne sais pas vous mais moi je suis souvent heurté dans ma morale) . On y voit la vie, la mort, la bestialité, la violence, le désir, l'amour, la peur, la peine. Tout. Sans faux semblant. Et puis cette atmosphère ... Si personnelle.Froide. Piquante. Un peu mélancolique. Je ne la trouve pas glauque, je la trouve plutôt mystérieuse. On sent très bien que les choses ne tournent plus rond dans ce bled. Parfois, ça me fait penser aux films nordiques (comme Morse, par exemple) que j'affectionne tout particulièrement. Ce qui explique sans doute aussi mon attrait pour cette fiction en plus des questions qu'elle soulève.

Ma sympathie va, tout particulièrement, au personnage de Simon. Je ne sais pas trop pourquoi, mais c'est celui qui m'intrigue le plus et qui me fait le plus de "peine". Et il reste celui à qui je souhaite la fin heureuse. J'ai aussi été assez éberlué par la tournure que prends la relation Léna - Serge (mais là, c'est mon côté " je sauve tout le monde" plus que le fleur bleu qui a certainement vibré). Je pense ne pas être au bout de mes surprises.

En attendant, je suis contente de voir que les productions françaises ne se cantonnent plus aux niaiseries du style "Plus belle la vie" ou "Sous le Solei". J'ai été aussi agréablement surprise par nos chers petits morts que par Falco (dans un autre registre). D'ailleurs, je trouve que le format " série courte ne dépassant pas les dix épisodes pour te foutre les boules " leur réussit plutôt bien. J'espère que cela va les encourager à poursuivre se genre d'initiative.

Je vous souhaite une belle fin d'après-midi qu'elle soit vivante... ou morte !

 

Partager cet article

Repost 0