Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je suis allée voir "Nos étoiles contraires " avec ma mère et ma soeur.

Bien sûr, je n'ai pas échappé au phénomène mondial, bien sûr, j'ai lu le livre. Livre qui m'avait laissé sur ma faim, pas vraiment affectée, ni émue, malgré l'énorme pathos que ça aurait dû être, bref une vague impression d'histoire en carton, un Roméo et Juliette sur fond de chimio, peut être parce qu'on m'avait spoiler la fin.

Cependant, je me suis dis que la bande-annonce avait l'air de coller au livre et rien que pour ça, ça méritait qu'on y jette un oeil. Je ne compte plus les adaptations de romans ratées et les larges libertés prises par les scénaristes, du coup, un film qui suit la trame du roman dont il est inspiré m’apparaît toujours comme un exploit en soi.

Hé bien, que dire si ce n'est que je suis ressortie de cette séance complètement sonnée, les yeux bouffis, le nez rouge (et dégoulinant de morve, super glam'), la gorge aussi sèche que du papier de verre, avec un demi paquet de kleenex usagés dans chaque main.

Parce que c'est vrai que de jeunes ados qui meurent du cancer, c'est horriblement triste, quand ils sont amoureux fous et passionnés, ça devient compliqué, mais quand en plus ils sont jeunes, amoureux, fous , passionnés et lucides, ça devient carrément un supplice à regarder. J'ai pleuré parce que la vie n'est qu'une p*te et parce que je me sentais tellement misérable de me plaindre de ma coquette petite vie bien nette alors qu'il y avait des enfants, des parents, des amants qui vivent cette tragédie tous les jours, quelque part, dehors. Oh que oui que j'ai pleuré à m'en arracher le cœur et à en avoir mal aux yeux. Pour eux, pour leurs proches, pour leurs vies et leur amour avortés, pour moi, pour ma connerie, pour le cancer et pour toute la merde qu'est cette maladie.

Mais ce n'est pas parce que je suis sortie de cette salle le cœur à l'envers, aussi assommée que si la Black storm m'était passée sur la tronche, aussi honteuse d'avoir pû croire que j'avais des problèmes et aussi désireuse de dire à mon homme que je l'aime, que ce film est un bijou. Non, ce n'est pas pour ça, même si ça fait drôlement pencher la balance en sa faveur.

Ce film est un bijou parce qu'il réussit à être drôle et cinglant. Touchant. Attachant. Émouvant. Parce qu'il redonne de l'espoir. Parce qu'il redonne la foie en l'espèce humaine, même si je n'arrêtais pas de me dire tout du long " c'est vraiment les meilleurs qui partent les premiers". Parce qu'il est cynique. Parce qu'il est réaliste. Parce qu'il montre tout et ne cache rien. Parce qu'il ne nous laisse pas croire naïvement qu'ils survivront à la fin de ce film, que l'épilogue du conte de fées est possible même pour les gens dont le corps est infesté de milliers de métastases, non, il est dur et honnête. Il fait mal. Il touche les cordes sensibles. Il accule. Il est ce qu'il devait être,on n'en attendait pas moins, et c'est un bijou.

Il n'est ni mélodramatique, ni fleur bleue, ni une exagération lourdingue comme le clame les critiques. D'ailleurs, je ne pense pas que ces gens aient une quelconque idée de ce que le "cancer" entraîne dans son sillage. C'est comme les politiques, ça balancent des avis sur tout sans savoir de quoi ils parlent. Ce n'est pas non plus un film pour les filles. Il y avait des hommes dans cette salle. Et croyez moi qu'ils faisaient parti des chouineurs qui tentaient de cacher leurs yeux rouges derrière une mine stoïque du style " mais non, chérie, je n'ai pas pleuré, c'est les pollens, tu le sais bien".

Et si on rajoute à ça, que c'est l'une des plus fidèles adaptions de romans qu'il m'ait été donné de voir malgré de très légères divergences , que la bande son est une réussite ( Birdy est elle aussi, un vrai bijou) , que les acteurs sont géniaux, qu'il y a là de quoi mettre Roméo et Juliette au rang de loosers ...

Je pense qu'il n'y aucune raison de se priver de la belle leçon de vie que nous enseignent Gus et Hazel grâce à leur merveilleuse histoire d'amour. Je vous conseillerais juste d'emporter un bon nombre de paquet de kleenex, une tablette de chocolat et des lunettes noires, pour pouvoir s'assurer une sortie digne des salles obscures.

 

 

      

Partager cet article

Repost 0