Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Evidemment que tout le monde en parle. On n'entend plus que ça.

Elle sert de justification à tout et n'importe quoi - surtout n'importe quoi, j'a l'impression - et elle provoque un panel d'expression chez les gens que je côtoies. Visage fermé, yeux au ciel, lèvres pincées, mine grave, air compatissant, fatalité, insomnies ... Bref, je pense que celui qui clamerait " vive la crise" irait gentiment rejoindre les petits hommes en blanc et s'amuserait à compter ses pilules,voir, dans le meilleur des cas, serait relégué dans la catégorie "paria" de la société. Allez, je prends le risque, une fois n'est pas coutume ! Je vais vous dire pourquoi j'aime la crise et je vous assure qu'après tous les millionnaires rêveront de perdre au loto pour pouvoir enfin vivre ma vie, haha.

- Un bout de pelouse près du plan d'eau, au milieu d'un champ fleuri, une clairière en forêt, la plage, ou même dans un parc normand, avec les piques-niques, on a toujours la meilleure table. Dans mon sac isotherme decathlon, du pain frais, des tomates cerises, du saucisson,des dès de fromage, deux gourdes de compote, on pose un plaid, et hop, avec mon homme, on est les rois du pétrole. 

- La joie de redécouvrir le local. Oui,ça fait très trendy d'être bio, locavore, fier des produits de sa région. Mais je le suis. Franchement. Et il y a de quoi. Seulement voilà, sans la crise, j'en serais encore à lorgner les étales de chez Tartenpion sans me demander si c'est vrai que Nestlé fait main basse sur les ressources d'eau, si Lipton testent sur des animaux et à ne pas réfléchir aux autres alternatives de consommation qui s'offrait à moi. 

- Je cuisine super bien les pâtes.

- Les nombreuses alternatives qu'a créée la crise. Depuis qu'elle existe, je vais deux fois plus me faire chouchouter en institut , je pars en week end spa, je mange dans des restaurants où je n'aurais même pas eu l'idée de poser un peton tout ça grace à mon pote Groupon qui, faut pas se mentir, n'aurait jamais vu le jour si les gens ne rechignaient pas à payer le prix fort. 

- Mon avis d'imposition ... suspense ... Non imposable ! J'ai rien, mais au moins, c'est tout pour moi. 

- Un super sens de l'optimisation et une fibre écolo multipliée par trois. Pour vider un flacon de shampooing , on mets de l'eau dedans, pour le tube de dentifrice, on l'applatit au couteau, pour vider un tube de crème, on le coupe en deux et ainsi de suite ... Le gâchis, c'est has-been, je vous le dis !

- Au supermarché, ouais, ça m'arrive quand même d'y foutre les pieds, j'ai pas besoin d'aide pour chopper les produits du haut, surtaxé et bien marqué,parce que les prix bas, c'est toujours en bas, pour qu'on les voit pas. 

- Les nouvelles formes d'entraide. En vrac comme ça : le jobbing,les locations, les dons,  le troc, les bourses, les services échangés ( même version que le jobbing mais sans le paiement derrière ) , le co-voiturage et tous les autres partages, les cafés associatifs, en bref, une consommation collaborative créatrice de lien social. C'est pas génial, ça ?

- Le matin, je gagne un temps fou, choisir entre trois vestes et deux paires de chaussures, ça prend moins de temps que lorsqu'on en a dix de chaque. 

- Avec mes billets prem's (que ce soit train, avion), mes vaccances en tarif de dernière minute ou au contraire checker dix mois à l'avance pour avoir les meilleurs prix, je me sens reine. Je pense aux voyageurs qui font exactement le même trajet pour six fois plus cher, qui ont le même hôtel pour trois fois ce que j'ai déboursé, et, avec un sourire niais, je me vautre dans l'autosatisfaction. 

- Le retour de valeursun peu plus normales que l'individualisme et la course à la réussite. J'aime bien revoir les notions de partage, d'ampathie, de solidarité se remettre au goût du jour. Ouais, je suis une réac' moi. Ha ! 

- Découvrir mon pays. Quand on a pas un rond, on se contente de voyager dans ce qui est encore à sa portée. Ceci dit, je trouve que j'ai un très beau pays, et qu'il n'y a pas besoin de faire le tour du monde pour connaitre des choses. On est tellement riche culturellement que dans dix ans, je suis sûre qu'un dixième du potentiel de la France m'aura seulement été révélé. Quand je pense qu'il y en a qui connaissent des contrées desertiques et même pas les classiques culinaires de la région d'à côté, ça me dépasse un peu parfois ... 

 

Voilà, voilà, pour les idées qui me viennent ce soir. J'en rajouterais sans doute au fur et à mesure. Et si vous aussi vous avez des effets positifs à faire partager, je les lirais avec grand plaisir dans vos commentaires. 

 

Tag(s) : #Humeurs

Partager cet article

Repost 0