Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Arrête. On n'est pas au pays des bisounours ici". " Tu vis à bisounoursland ?" .

Qu'est ce que je peux les lire ces phrases. Ou même les entendre. Il ne fait pas bon d'être bisounours par les temps qui court. Trop candide,trop mièvre, trop naïf ou trop doux pour survivre dans ce monde triste, moche, pollué et violent.Et bien moi, j'en ai marre.

J'aime les bisounours. Alors doux de tous les pays à vos armes !

Le modèle de notre société contemporaine s'érige autours du narcissisme, de l'ambition, de la force. Morale et physique. Etre vulnérable est un aveu de faiblesse, et dans ce cas là, une tare.La douceur, l’empathie, la sensibilité ... Juste des boulets destinés à vous faire dévorer tout cru dans cette jungle impitoyable. Je reconnais qu'il n'y a rien de confortable à posséder ses qualités, elles incluent des expériences difficiles, mais elles ont le mérite de sauver ce qui est crucial : l'estime de soi.

La douceur mérite d'être rendue à sa grandeur, à son masque de guerrière, car la douceur est une forme de résistance. Résistance à la violence qui gangrène notre société. C'est un principe de vie. Personne ne peut vivre sans douceur. J'en veux pour preuve des enfants bulgares orphelins à qui l'on a prodiguer les soins vitaux ( change, bain, alimentation) qui sont mort d'un manque d'attention, de contact et de douceur. J'en veux pour preuve qu'un petit animal insuffisamment léché par sa mère meurt d'un manque de douceur.

Personne ne peux avoir de prise sur les émotions et les sentiments qui animent les gens doux. Ni sur l'intention d'amour qui les anime quand ils la prodiguent. On ne peut pas soumettre, ni obliger le douceur même si on peut l'éteindre à force de brimades et de non-reconnaissance.

C'est le cas dans toutes les parties de nos vies actuellement : le couple, le travail .. Dans ce dernier, on tue la spontanéité, la chaleur humaine, l'entraide. Il est tellement plus productif que chacun reste isolé dans ses angoisses et ses problèmes. A la maison, le quotidien est si lourd d'organisation que les parents-amoureux- amants, ne parviennent plus à se dégager des plages uniquement dédiées à la douceur (caresses, câlins, un bain moussant à deux, ou même simplement un plateau repas lovés l'un contre l'autre devant une bonne comédie).Et que dire de nous. Nous ne sommes même pas capable de manifester le minimum de douceur syndical envers nous mêmes. On se traite si mal, on se fait la vie dure. On se fait payer le prix fort.

Pour rentrer dans des cases, pour être aimable, pour tout un tas de raisons qui ne torturent que nous. On ne censure plus les gens de manière directe, mais on s'arrange pour qu'ils érigent leurs propres barrières. Si on vous dit qu'il est interdit de sortir, vous trouverez le moyen de vous évader. Si on vous dit que c'est dangereux pour vous et vos enfants, vous n'allez pas franchir un mur que vous allez construire de vos propres mains

Où est la liberté ? L'autonomie ?

Alors .... Soyons doux. Reconquerrons notre douceur. Qu'elle devienne notre plus belle force d'opposition. Ne plus nier ses émotions, s'autoriser à être triste, peu sûr de soi, pas en forme, fatiguée, stressée ..Accepter sa part d'enfant. Vive les free hugs, les petites attentions quotidiennes, les moments de régression complète. Qui cela dérangera, hormis votre culpabilité mal placée, que vous trainiez jusqu'à onze heures du matin devant une série romantique en pyjama et en mangeant des miel pops ? Personne.

N'ayez plus peur de votre sensibilité, cessez de vous maltraiter, écoutez vos rêves, accueillez vos émotions. Ecoutez vous. Et devenez le bisounours de quelqu'un.

 

 

 

Tag(s) : #Humeurs

Partager cet article

Repost 0