Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui, le soleil à illuminé nos journées.

Et moi, j'ai autant besoin de lui qu'une fougère.

Une plante sans soleil se flétrit et s'affaiblit. Sans soleil, je sombre dans les affres de la dépression à une vitesse vertigineuse. La douceur du roi des astres sur ma peau suffit à faire fuir bourdon, cafard et autre bestiaire horrifique. Il me rend plus expansive, plus euphorique, plus énergique et plus sereine. La misère est bien plus belle au soleil.

Je suis moi. Je suis une fille de l'été. J'aime la chaleur. Je ne suis jamais aussi bien que sur un transat à paresser au soleil avec le chant des grillons dans les oreilles et l'odeur de l'iode dans les narines. Si l’ensoleillement me manque, j'ai du mal à me lever, je traîne fatigue et mauvaise humeur, j'ai envie de grignoter, des difficultés à me concentrer ( c'est sûr qu'à force de compter les nuages gris et les gouttes de pluie ..)...

Aujourd'hui, il a fait beau et j'ai traîné en ville toute la journée. J'ai mangé une glace, j'ai acheté une robe. J'ai regardé les passants, j'ai accueillis les odeurs de grillades, les rires et la joie. J'ai pensé deux minutes à notre compte en banque dans le rouge, à mes soucis au boulot et puis la morosité à était chassée par une coccinelle qui s'est posée sur mon genou. Pour la première fois depuis des mois, je ne me suis pas effondrée en pensant aux difficultés. Non. J'y ai pensé. J'ai secoué la tête, j'ai repris une merveilleuse bouchée de cette glace artisanal à la noisette, j'ai percuté combien j'étais bien et j'ai souris.

Cela fais trois ans que c'est comme ça. Et une lumière s'est enfin allumée dans ma tête. J'ai appelé mon médecin et je lui ai tout dit.

Je ne suis pas dépressive à cause de mon travail, non, ça, c'est une autre histoire, une lassitude parmi tant d'autres, une sensation d'échec et de perte de temps et un désintérêt profond que je compte bien mettre à profit . Je suis une malade du soleil. Je suis une fougère qui crève en hiver quand il fait froid, qu'il pleut, qu'il gèle. Je souffre de dépression saisonnière.

La bonne nouvelle ? Je peux stopper les médicaments et je vais aller de mieux en mieux tant que le soleil me bercera de ses rayons. La moins bonne nouvelle c'est qu'à l'approche de la mauvaise saison ( qui dure longtemps en Alsace ) c'est que je vais replonger dans mon marasme. La bonne nouvelle ? C'est qu'il existe des solutions pour soulager mon mal-être. Notamment la luminothérapie. La moins bonne nouvelle ? C'est qu'il faudrait que je quitte cette région pour traquer le rayon et la douceur du Sud de notre beau pays. Et pour le moment, je ne suis pas motivée. Qui a déjà passé un été en Alsace comprendra mon point de vue. Cette douceur, les foins coupés, les odeurs du lilas qui embaument l'air au soleil, les coquelicots, les soirées tartes flambées ..

Je suis donc une belle plante. Et il faut que je prenne soin de moi.

 

 

 

Tag(s) : #Humeurs

Partager cet article

Repost 0